Revue de presse

Il y a 65 ans, le 1er février 1954,

l’abbé Pierre lançait son célèbre appel.

Son  retentissement fut immense tant en France que dans le monde.

 

appel du 1er février
 

 

Un élan de solidarité sans précédent permit la création de l’association Emmaüs et la construction des cités d’urgence pour offrir un toit à de nombreuses familles qui couchaient dehors.

 

Aujourd’hui, 65 ans après, la situation du logement est de plus en plus dramatique.

 

Dans une conférence de presse, le collectif des associations unies (CAU) regroupant 36 associations de lutte contre le mal-logement dont Emmaüs a dénoncé:

 

 

 

 

  • le nombre très insuffisant d’hébergements d’urgence même s’il augmente tous les ans. A titre d’exemple, le nombre de SDF a augmenté de 50 % en 10 ans.

” Ce qui se passe sur le terrain est grave ” affirme Christophe Robert, délégué général de la Fondation abbé Pierre.

 

  • les pratiques qui consistent à trier les demandes en fonction de l’âge des enfants, de la santé ou de la situation administrative des personnes.
  • une gestion du mal-logement au “thermomètre”.
  • le plan pauvreté n’aborde pas le problème des SDF

 

Le collectif exige:

  • un moratoire sur les expulsions locatives (elles ont atteint des records en 2017  –   +106% en 15 ans) afin de ne pas alimenter le flux des “sans domicile”.
  • une meilleure attribution des logements sociaux.
  • une accélération de la construction de logements sociaux pour reloger vite et mieux. On estime que le logement “indigne” concerne 4 000 000 de personnes –
  • l’annulation de la baisse des APL

 

Des liens et des images:

 

 

La situation des femmes SDF est plus difficile encore que pour les hommes .

Elles sont souvent agressées et même violées. Beaucoup se cachent afin de ne pas subir ces violences. Et pourtant 38% des SDF sont des femmes.

Cet hiver, à Paris, des centres ont été créés dont un composé de deux salles et baptisé “la Halte” dans l’hôtel de Ville de Paris .

 

hôtel de ville à Paris
                                                                                                      La “HALTE”

 

 

Ce mois-ci, le magazine “Elle” consacre un article sur le sujet.

Un lien à propos de l’aménagement des lieux et de l’accueil des femmes SDF à l’Hôtel de Ville de Paris.

https://www.youtube.com/watch?v=Bn5I-G1Sd8E

 

 

Autre sujet:

 

Les cadeaux de seconde main

Pour une consommation  responsable: durable et écologique.

Les cadeaux de seconde main permettent d’économiser sur les matières premières, le transport et l’énergie.

 

Le Figaro et La Croix consacrent deux reportages aux achats de Noël des français, qui se tournent de plus en plus massivement vers des cadeaux de seconde main.

En effet, les spécialistes de la vente d’objets d’occasion ou reconditionnés constatent des pics d’activité et de ventes cette année, notamment chez Emmaüs.

Soumaya El Bakkali, responsable communication chez Label Emmaüs, la boutique de vente en ligne du mouvement, explique cette tendance par une prise de conscience écologique des consommateurs « Nous avons constaté que beaucoup de personnes souhaitaient s’engager vers ce mode de consommation plus durable, et néanmoins désirable, pour les fêtes, grande période de gaspillage ».

Des liens et des images:

http://www.lefigaro.fr/conso/2018/12/20/20010-20181220ARTFIG00210-cadeaux-de-noel-les-objets-d-occasion-de-plus-en-plus-prises.php
https://www.la-croix.com/France/Jouets-Noel-vivier-loccasion-2018-12-18-1200990376

 

Ces infos sont tirées de la revue de presse d’Emmaüs-France des 21, 27 et 28 décembre 2018.